La pêche au grand filet sur la route des pêches à Adounko : une démonstration spectaculaire de technique et de travail d’équipe.

Si vous vous êtes déjà promené sur la plage du Littoral au Bénin, vous avez du remarquer qu’un très long filet de pêche était étendu sur plusieurs centaines de mètres. Vous êtes-vous déjà demandé comment on pouvait utiliser un filet aussi long ?

Et bien, la réponse est simple : en utilisant beaucoup de bras ! Etre témoin de la manière dont cette pêche se déroule est un spectacle assez impressionnant.

Lorsque je visitais Adounko avec un guide d’Eco-Benin avec qui on découvrait la multitude d’oiseaux qui peuplaient les alentours, nous avons remarqué qu’il y avait beaucoup de monde sur la plage et qu’ils étaient tous occupés à tirer un très long filet.

Nous nous sommes rapprochés et il devait y avoir en tout une bonne soixantaine de personnes qui tiraient ensemble le même filet. Ils étaient séparés en deux groupes : une trentaine de personnes en ligne tiraient un côté du filet alors qu’à quelques centaines de mètres, l’autre trentaine tiraient la seconde extrémité du filet. Le filet formait dans la mer un immense arc de cercle qui s’étendait à plus d’un kilomètre. Les deux groupes tiraient pour ramener le filet vers la plage tout en faisant refermer l’arc de cercle petit à petit.

Ce qui était impressionnant, au-delà de la taille du filet et du nombre de personnes mobilisées, c’est le fait qu’ils ne faisaient tous qu’un.

En effet, ils devaient s’arranger afin que leurs mouvements soient coordonnés, que les forces soient bien réparties mais surtout, ils devaient s’encourager mutuellement car ils avaient à fournir un effort ininterrompu.

Pour que le physique ne l’emporte pas sur le moral, ils se donnaient de l’énergie en chantant tous ensemble. Les chants vibraient d’un bout à l’autre de la file et ils se répondaient l’un à l’autre comme un dialogue d’encouragement. Quand l’effort augmentait, les chants des pêcheurs se faisaient plus intenses suivant ainsi les mouvements du filet.

Nous les avons rejoints pour leur apporter une (très) petite aide et même si c’était fatigant, ça en valait la peine car on pouvait sentir la solidarité d’une équipe qui travaille ensemble vers le même but et s’entraide à la manière d’une équipe de foot.

A l’approche du filet de la rive, tout le monde s’est emballé, un homme s’est mis à courir le long de la file en soufflant comme un diable dans son sifflet.

Une fois le filet resserré et tiré sur la plage, tout le monde s’est rassemblé pour voir les poissons récoltés et se féliciter mutuellement.

Fish_net.JPG

C’est ainsi que se termina la pêche du jour à Adounko. Petit village charmant qui, au-delà de ses balades en pirogues sur le lac Ahémé, de sa belle plage, de ses habitants accueillants et de ses nombreux oiseaux colorés, nous offre l’occasion de découvrir des habitudes de vie bien différentes de celles des villes.

 

Jérémie Evrard, Stagiaire chez Eco-Bénin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s